Inventaire patrimonial > Cimetières

Cimetière de Saint-Nicolas

Adresse : 1450 rue des Pionniers, Lévis, G7A 4L6

Le cimetière de forme rectangulaire est situé derrière l’église.

Fin XVIIe début XVIIIe, les cimetières du Québec sont pliés à des règles élaborées par le 2ème évêque de Québec Mgr de Saint-Vallier. Nul ne tiendra dans les cimetières des assemblées, nul ne tiendra des foires, des marchés, etc. Ces règles font du cimetière au Québec un lieu saint où pas tout n’est permis et où il faut clore le périmètre. Durant les débuts du XIXe, les villages ont tendance à se construire autour des églises et des cimetières. Toutefois, cette pratique tend à disparaître avec l’apparition de nouvelles normes sanitaires (vers 1880).

Quant à la paroisse de Saint-Nicolas, ses premiers registres paroissiaux sont ouverts en 1694 et l’érection canonique se fait la même année. Toutefois, la municipalité a été érigée par le Conseil du comité de Lévis le 17 juin 1912. Le territoire de Saint-Nicolas faisait lui aussi partie de l’ancienne seigneurie de Lauzon. La paroisse était sous le patronage de Saint-Nicolas.

BRODEUR, Mario, dir. Guide des cimetières du Québec. Montréal, Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal, 2012,329p.

RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. . «Cimetière de Saint-Nicolas». Ministère de la Culture et des Communication Québec, Gouvernement du Québec, 2012.

http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=167650&type=bien#.UcWVnvmOTZ5

LESSARD, Michel. «Mourir deux fois». Continuité, no 73, 1997, p. 64-66

MAGNAN, Hormisdas. Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec. Arthabaska, Imprimerie d’Arthabaska, Inc, 1925, 738p.

SIMARD, Jean & BRAULT, François. Cimetières patrimoines pour les vivants. Canada, les Éditions GID, 2008, 451p.

Dernières nouvelles

Nous joindre