Inventaire patrimonial > Croix de chemin

Croix de tempérence

Adresse : Au bout de la Rue Guenette et Rue Fraser. À côté du 6106 Rue Fraser., Lévis, G6V3R5

Année : 1920

Description : Croix faite d’acier et aluminium (9,14 m) sur une base de ciment (1,47 x 1,47 m). La croix était anciennement lumineuse, elle est désormais recouverte de feuilles d’aluminium. En 1920, elle devient la propriété de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Victoire. Étant située non loin de la rue Fraser, elle fut entretenue longtemps par la famille Bernier résidente sur cette même rue. La croix devient officiellement la propriété de la ville en 1928, elle est un don de la fabrique de Notre-Dame-de-la-Victoire. Son premier emplacement fut celui du cimetière Mont-Marie. Elle est ensuite placée à l’extrême nord de la rue Marie-Rollet. Elle est depuis 1924 au même emplacement, c’est-à-dire son emplacement actuel.

Selon, la ville de Lévis, il y avait une plaque sur le socle-face avant, celle-ci a été enlevée. Cette plaque fut apparemment retirée par l’abbé J. Eugène Carrier qui souhaitait par ce mouvement s’opposer aux mesures qui encourageaient l’alcool. Les croix de tempérances étaient le symbole des sociétés de tempérance qui militait contre la consommation d’alcool. En mars 1918, le Canada contrôlait la production d’alcool à travers le pays et interdisait l’importation dans les provinces dites sèches, c’est-à-dire pour la prohibition. Dès 1920, l’importation de l’alcool est interdite. Toutefois, dès les années 20 plusieurs provinces votent contre la loi et reprennent les activités reliées à l’alcool. Il existe toujours par contre une sauvage opposition. Celle-ci s’illustre par les mouvements de tempérance à travers les provinces. Les hommes d’Église sont aussi plus réticents à ces nouvelles lois qui autorisent l’alcool à reprendre son chemin dans les foyers.


* Provinces refusant l’alcool. L’expression anglaise Dry et Wet. Les Wet sont pour l’alcool et vice-versa.

Description :

Croix faite d’acier et aluminium (9,14 m) sur une base de ciment (1,47 x 1,47 m).

HALLOWELL, Gérald. «Prohibition». Encyclopédie Canadienne en ligne, Historica-Dominion, 2012.
http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/prohibition

SIMARD, Jean. Un patrimoine méprisé la religion populaire des Québécois. Cahier du Québec, Hurtubise HMH, 1974, p.129-172

VILLE DE LÉVIS. Arts publics- Œuvres religieuses : Croix de tempérance de la rue Guenette. Ville de Lévis, 2013.
http://www.chaudiere.com/wm/wm.php?action=init&inv=ap

VILLE DE LÉVIS. «Une ville habitée Visages de l’art public sur le territoire de la ville de Lévis : secteur Ouest (à l’ouest de la Rue Saint-Omer)». Division culturelle et communautaire du Service des Loisirs de la Ville de Lévis, 1999, p. 8

VOISINE, Nive. « L’apôtre de la croix noire : Charles Chiniquy». Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, no 28, 1992, p.44-47

Dernières nouvelles

Nous joindre